Tranche de vie avec une real-love-doll
13 nov.

Tranche de vie avec une real-love-doll

Un truc incroyable s’est produit il y a quelques jours. Comme une révélation !

Un peu crevé de ma journée, j’avais décidé d’écouter de la musique en soirée. Tranquille. Etendu sur le canapé, concentré sur la musique.
Pas de blues, de jazz ou du punk non, du Bach, du Vivaldi, du Dyson pendant une paire d’heures à ne rien faire, juste me reposer.
Du classique et du lyrique, voilà ce qu’il me fallait. Du beau son. Un volume sonore correctement élevé.

Rien d’autre !

Rien d’autre ?

Mina (en TPE quoique très affriolante) me regardait du coin de l’oeil, sagement assise sur une chaise dans le séjour.

Sagement, oui, quoique habillée d’une nuisette de satin courte et bleue laissant deviner le haut du côté d’une cuisse généreuse et un décolleté aguichant.
Il m’a semblé qu’à un moment donné, Mina tout comme ses seins provocateurs m’ont fait de l’œil. J’en suis presque sûr.

Elle voulait venir avec moi sur le canapé.

Je me dis que c’est une bonne idée et ni une ni deux, je m’en vais donc soulever allègrement ses 40 petits kilos en ayant pris soin de préalablement positionner ses jambes dans le prolongement de son corps tout en laissant un angle approximatif au niveau de son bassin de façon à pouvoir ensuite, sur le canapé, positionner le mien plus ou moins dessous/sur le côté du sien.

Bref, un pré-positionnement de la belle (que la pratique aide à imaginer et à mettre en oeuvre) pour qu’on puisse confortablement et facilement « s‘encastrer » (rien de sexuel hein!) sans que je subisse une pression trop forte de son corps sur le mien ce qui s’avérerait intenable pendant 2 heures.

Je l’ai ensuite soulevée de la chaise plus ou moins à la verticale collée contre moi.
Puis on s’est étendu sur le canapé tout en la faisant légèrement basculer sur le côté… mais pas trop…

L’encastrement s’est fait très naturellement. J’ai ensuite peaufiner le positionnement. Une de ses jambes entre les miennes (vous savez, comme aiment faire les femmes quand vous êtes, vous, allongé sur le dos). Sa tête à demi retournée reposant sur mon épaule. Sa chevelure (blonde) retombant nonchalamment en cascade sur moi tout en me caressant délicatement la joue (choisissez une perruque de qualité si vous ne voulez pas que les cheveux synthétiques grattent de trop), son bassin idéalement placé contre le mien, à la fois dessus et sur le côté, un de ses bras exerçant une pression très réaliste sur ma poitrine en l’entourant, un sein contre ma poitrine qui, du coup se retrouvait rythmé par ma respiration ce qui donnait l’illusion qu’elle respirait.

Car il s’agit bien de ça. Illusion et réalisme !

Un sacré réalisme même! Je n’en revenais pas ! La position de la miss, la respiration artificielle, le poids/la densité de ses 40 kgs, les caresses intenses de son dos, ses bras, sa cuisse, son cul.... aaaahhh son cul.... (elle n’était pourtant pas talquée de très récemment), la chaleur transmise par mon corps et gardée par la couette jetée sur nous la rendait tiède, la vision que j’avais dès que je tournais légèrement mon visage vers elle pour voir son visage reposant sur moi dans la lumière tamisée...

Un génial réalisme je vous dis !

Je l’avais bien déjà remarqué bien sûr à d’autres occasions, mais là, j’ai pris une claque !
Je suis resté là comme sur un nuage pendant minimum 2 heures. J’ai encore plus apprécié la musique bien qu’étant légèrement moins attentif qu’habituellement, allez comprendre :-)

En tout cas, je n’ai aucunement été surpris que ce moment ne se transforme pas en une séquence endiablée de chevauchée lubrique… car ce seul moment se valait à lui seul… pur moment de sérénité et de volupté !
Quant à la cavalcade, elle ne perd rien pour attendre :-)

Bien sûr, et j’insiste, ça ne remplace pas une femme mais quand même ! j’ai vraiment été bluffé une nouvelle fois!

Comme quoi, le monde des love doll réserve de bien belles surprises tous les jours si on se donne le temps de faire marcher son imagination !


Jonathan H.